4DX – le test au cinéma Pathé La Villette

0
68
vues
4DX le test
 

Dans mon article précédent je parlais de la nouvelle expérience du cinéma : la 4DX. Piqué par la curiosité je suis donc allé voir ce que donnait Kong: Skull Island en immersion totale et en 3D.

La salle

À l’entrée dans la salle, ce qui change par rapport à une salle de cinéma basique ce sont les sièges. Des sièges avec têtières, dossiers rembourrés et accoudoirs extra large (ce qui me convient beaucoup avec mon mètre quatre vingt cingt). C’est d’ailleurs sur ces derniers que l’on peut remarqué un bouton nous permettant de définir si l’on veut être arrosé ou non. C’est un choix plutôt bien pensé si jamais le spectateur n’a pas réellement prévu d’être mouillé ou s’il en a marre en cours de film.

Tous les sièges sont reliés par groupes de 4 et sont disposés derrière des barrières sur lesquels se trouvent différents orifices. La magie opère déjà à ce moment. On se demande ce qui va nous arriver et par où les différents effets vont sortir. À vrai dire, j’ai ressenti la même appréhension que l’on ressent avant une attraction qui nous est encore inconnue.

Les effets

Avant même que le film ne commence une petite vidéo explique les consignes de sécurités, puis le teaser de la 4DX est lancé pour avoir un premier aperçu de quelques effets disponible.
Petit rappel du teaser :

Pour être franc ça décoiffe ! Les sièges bougent beaucoup plus que ce que j’imaginais, les vibrations du siège donnent de réelles sensations dans tout le corps. On ressent les chocs, on ressent la vitesse, le mouvement.
L’eau surprend d’abord mais on s’y fait vite, il s’agit plus de petites gouttes comme de la pluie que de gros jet d’eau qui nous mouille totalement. En fait elle surprend tellement que l’on ne sait pas vraiment d’où ça sort et c’est tant mieux, le but étant de nous étonner.
Les petits jets d’airs arrivent dans le cou à des moments bien choisi, comme une balle qui nous frôle par exemple.
Et pour finir sur ce petit teaser on découvre qu’il y a du mouvement dans le siège aussi au niveau du dos (mais bien loin d’un siège massant bien sûr).
Ensuite le film commence. Pour ne pas spoilé je vais m’efforcer de ne pas donner de détails sur le film, bien que cela soit dur.

Le fait de voir un film en 3D est encore plus immersif. Les sièges bougent sur des mouvements de caméra, ils vibrent lorsqu’il y a des chocs ou des explosions, des objets qui semblent sortir de l’écran et entrer en collision avec le siège.
Pour Kong il faut avouer que les mouvements étaient plutôt violent, j’en ai eu un peu mal à la nuque. Mais c’est parce qu’il s’agit d’un film de 2h et non du Space Mountain qui ne dure qu’une minute. Je comprend un peu mieux pourquoi les attractions sont si courte.
J’ai aussi relevé un fait important au niveau des sièges, c’est qu’ils ne bouge pas au même moment selon où l’on se trouve dans la salle. Et je dis bravo, car ça ne semble être qu’un détail mais pour être immergé dans l’action il ne vaut mieux pas que les effets ne soient pas synchro avec ce que l’on voit à l’écran.
Le film se déroulant la plupart du temps en extérieur il y avait pas mal de vent dans la salle, pas de bourrasque même si c’était parfois le cas à l’écran mais on peut déjà apprécier le fait fait de ressentir de l’air lorsqu’il doit y en avoir.
Dernier effet, la fumée, qui pour le coup ajoute vraiment quelque chose car elle supprime totalement les bordure de l’écran et nous immerge totalement dans l’action. J’avais peur qu’elle nuise à l’image, mais la salle étant ventilé, elle disparaissait assez vite.

Oui je dis dernier effet car je n’ai sentis aucune odeur. En pleine jungle aucune odeur de fleur, lors des explosion aucune odeur de brûlé, j’ai vraiment trouvé ça dommage.
En revanche en effet visuel je n’ai remarqué qu’une seule fois un flash dans la salle lors de la prise d’une photo avec flash dans le film.

Après 2 heures dans la salle

C’est là que je me suis rendu compte à quel point c’était immersif. J’ai eu beaucoup de mal à me dire que c’était terminé. Il m’a fallut un petit temps avant de me lever pour sortir de la salle. Ma nuque est alors devenu douloureuse et mes jambes fourmillaient un peu. J’ai entendu beaucoup de gens dire qu’ils avaient été agréablement surpris car ils ne s’attendaient pas à ce que ce soit si violent. Personne n’a eu l’air déçu mais peut-être était-ce ceux qui ne disaient rien.

Conclusion

C’est une excellente expérience à vivre. Avant de la vivre on a du mal à imaginer ce que ça peut apporter à un film, mais la 4DX amène vraiment le spectateur dans le film. Chose encore plus étonnante, je me suis surpris à apprécier le film en me focalisant sur la sensation et non plus par rapport au scénario ou au jeu des acteurs. En 4DX, tous ces détails qui font parfois des chefs d’œuvres se retrouvent en deuxième plan, et ça fait du bien.

Là où je suis déçu en revanche c’est sur la surenchère d’effet. Certains, comme les souffles d’air dans le coup, arrivaient parfois à des moments improbables puisque ça ne correspondait pas à ce qui se passait à l’écran. Il y avait aussi quelques à-coups non nécessaires, comme si au final c’était juste histoire de les placer. Je trouve ça un peu dommage, car ça détruit un peu toute la justesse de tous les autres. Il faut aussi savoir que la 4DX n’est disponible qu’en VF à l’heure actuelle. Et je sais qu’il y a des réticents à cause de ça. Ceci dit moi qui préfère regarder les films en VO, je ne sais pas si j’aurais pu suivre les discussions en cours d’action.
Mis à part ça je recommande vivement d’aller vivre cette expérience sur un bon blockbuster.

MA NOTE
L'expérience
La salle
Les effets
PARTAGER
Article précédentLa 4DX – Une expérience cinématographique tant attendue
Article suivantLa réalité augmentée expliqué par Vexels
Yann Isabel
Je suis un jeune Intégrateur / Développeur Front-end issu du domaine du print et totalement passionné par l'univers visuel. Vous pouvez voir quelques-unes de mes créations ainsi que mon parcours sur yannisabel.com